Origine

Origine du village

Le nom « Vanne » viendrait de l’ancien français « ve(n)ne » qui signifiait haie, clôture, palissade, et pourrait avoir un lien plus lointain avec le mot gaulois « venna » désignant une porte, un passage.

Jusqu’en 1910, le nom du village était officiellement employé au pluriel : « VANNES ».

 

Histoire du blason de VANNE

(par Michel BOURGEOIS)

Le blason de VANNE est d’origine relativement récente puisque c’est à l’initiative d’un particulier, monsieur Camille HEIDET (décédé en 2005) qu’il a été créé.
Héraldiste amateur vivant sa retraite dans le Territoire de Belfort, monsieur Camille HEIDET s’était lancé dans les années 1985/1995 dans la conception de blasons pour toutes le communes de Haute Saône, et proposait par courrier aux élus locaux le résultat de ses travaux (sans demander aucune rémunération faut-il préciser).
Le 28 août 1993 dans un style légèrement pompeux qui vaut d’être rapporté, celui-ci écrivait au Maire de VANNE pour lui proposer gracieusement le blason qu’il avait imaginé pour la commune :

 » Monsieur,
J’ai le plaisir de vous faire parvenir sous ce pli divers documents et explications concernant le blason de votre commune. 
Le blason est toujours vivant à l’ère atomique et les signes mystérieux qui composent la science héraldique restent les compagnons tenaces des belles et bonnes choses qui agrémentent notre vie moderne : un antique blason orne souvent une vieille bouteille pansue, une savoureuse boite de chocolat. Il est peu de villes, de clubs sportifs, de régiments, de provinces, d’associations, qui ne restent fidèles à cette science élégante du blason que les vieux auteurs appelaient le noble savoir.
J’ai consulté l’histoire de votre commune, mes travaux ont permis de déterminer son blason …/… « 

blason-150piLa définition héraldique du blason de VANNE donnée par son créateur est la suivante :
« De sable à trois fasces d’or denchées par le bas et un brochet de même en chef ».
– Les trois fasces denchées symbolisent l’origine du nom de la commune (haies, palissades, clôtures)
– Le « Brochet d’or » souligne l’importance de la rivière.

Comme la plupart des communes auprès desquelles la démarche avait été faite par monsieur HEIDET, celle de VANNE a adopté le blason qui lui était présenté et celui-ci fait désormais partie intégrante de l’image et de l’histoire du village (même s’il s’agit d’une histoire vieille d’à peine plus de 20 ans).

NB : Pour plus de précisions sur les armoiries municipales en Haute Saône on peut consulter les travaux de Nicolas VERMOT présentés au cours d’une conférence organisée en 2012 pour l’association des Maires de Haute-Saône : « L’art du blason au coeur de nos communes« 

 

Architecture d’autrefois

Anecdotes

Les anciens métiers

Les anciens métiers au village :

Les registres de recensement de la population sont toujours très riches d’enseignement et nous montrent pas exemple la diversité des métiers exercés dans un village par le passé. En voici quelques exemples relevés sur les registres de 1911 et 1921 pour notre commune

Métiers de la terre :
Propriétaires exploitants (6 en 1911, 23 en 1921)
Propriétaires cultivant (22 en 1911, 10 en 1921)
 (On note ainsi le transfert des propriétaires cultivant uniquement leur propre terre, vers des propriétaires cultivant leur terre et exploitant d’autres propriétés)
Ouvriers ou journalier agricoles (7 en 1911)
Fermier (4 en 1911)
Bucheron (5 en 1911)
Charbonnier : Louis Purcey
Vigneron : François Lamidieu, Louis Ménétrier

Artisans
Pannetier (fabricant de pannes ou de tuiles ou forme de S) : Hubert Purcey
Charron, forgeron : Pierre Richardot, Paul Colinet
Facteur de dentelle : Augusta Huguet
Gantière en crin : Henriette Michaud, chez Fichard à Rupt sur Saône
Brodeuse : Alice Richardot, Aline Cadet
Sabotier : Jean Claude Duvot

Commerçants
Marchand forain : Emile Charpiot
Epicière : Louise Charpiot
Fromager : Alcide Piscardi
Coquetier (Marchand ambulant récoltant les produits frais tels que beurre, œufs) : Ernest Combette

Employés de l’Etat
Cantonnier : Louis Ménétrier, Ferdinand Michaud
Instituteur, institutrice : Reine Bernière, Charles Gallois, Blanche Goblet
Secrétaire de mairie : Charles Gallois (qui est passé naturellement d’instituteur à secrétaire de Mairie…)
Garde forestier : Louis Cadet
Garde champêtre : Pierre Longeron
Garde des Eaux et Forêts : Abel Cadet
Cantonnier de navigation pour la Saône, éclusier : Félix Mey

Métiers du bâtiment
Entrepreneur de maçonnerie ou de travaux : Léon Curtet, Félix Curter, Victor Prothe
Divers
Pêcheur : Léon Roussey
Revuiste scientifique et historique : Jacques Huguet

La population de Vanne est ainsi passée de 74 ménages avec 238 habitants en 1911, à 71 ménages et 197 habitants en 1921.