Mariages, Naissances, Décès 2020

Décès (les avis de décès sont rédigés par la famille)

Résidents :

Décès de Marcel MONGIN

Marcel MONGIN, né le 16 décembre 1925, dans une famille d’agriculteurs installée à Vanne, est le quatrième enfant d’une fratrie de 5 garçons et 5 filles. Il a 16 ans en mai 1941 lorsque son père, Jules MONGIN, héros de la résistance, est fusillé par les allemands. La petite dernière n’a alors qu’un an et c’est avec l’aide des aînés et surtout grâce au courage de leur mère Marthe, que la famille peut survivre à ce drame.
Après la guerre, il rencontre Micheline, que tous appellent Mimi, qu’il épouse en 1949 à Dampierre sur Salon. Le couple s’installe à Vanne où il exploite une petite ferme mais Marcel, à qui son père a visiblement transmis le gène du commerce, se lance en parallèle dans le métier de marchand de bestiaux. De leur union naissent 5 enfants, 6 petits-enfants et 12 arrière-petits-enfants. En 1995, le décès de leur fils Jean-Luc marque profondément la famille.
Travailleur et rigoureux, c’est avec l’aide indispensable de Mimi qu’il fait prospérer à la fois la ferme et le négoce. Aimant les contacts humains, il tisse un réseau de clients agriculteurs dont il se fait des amis. Son activité professionnelle ralenti au fur et à mesure du départ en retraite de ceux-ci et à l’âge de 80 ans il décide véritablement d’arrêter. Il peut alors profiter pleinement de son temps libre pour s’adonner à la lecture, la danse, écouter de la musique et profiter du calme de la nature.
C’est à 86 ans que la maladie commence à produire lentement mais inexorablement ses effets.
Mimi, dévouée et aimante, fait le maximum pour l’aider dans sa vie déclinante jusqu’à fin novembre 2019 où il devient évident qu’il n’est plus possible de le maintenir à domicile car son état nécessite une assistance de tous les instants et la santé de son épouse est en jeu. Le cœur lourd mais confrontée à une réalité épuisante, elle accepte, sur l’insistance de ses enfants, l’admission de Marcel à la maison de retraite de Dampierre-sur-Salon.
C’est là qu’il décède, pendant son sommeil et en présence de son épouse, le 20 février 2020 à l’âge de 94 ans.
Nous présentons nos sincères condoléance à toute la famille et notamment à son épouse Micheline ainsi qu’à son fils Joël qui réside également au village.

Décès de Denise MIKULCIC

Originaire des Vosges, Denise MIKULCIC née DUVAL avait vu le jour le 28 janvier 1927 à Remiremont.
Elle est arrivée à Vanne en 1932 à l’âge de 5 ans avec ses parents Gustave et Alice, et sa sœur Lucienne plus jeune de 2 ans. (Son frère cadet, Robert, naitra à Vanne en 1934)
Son père venait d’être affecté comme garde forestier sur le secteur et c’est à Vanne qu’il avait trouvé un appartement à louer, chez Léopold CANEY, dans une maison qui allait entrer dans la famille.
Denise a fréquenté l’école communale de Vanne jusqu’au certificat d’études obtenu en 1941, et comme beaucoup de jeunes à cette époque elle est entrée directement dans la vie active.
Elle a d’abord travaillé comme employée chez la famille HUGUET dans leur résidence de Vanne, puis chez l’institutrice de Ray sur Saône, madame GARNIER. C’est au château de Ray qu’elle a ensuite trouvé son emploi définitif. Elle y a appris la cuisine aux côté du chef cuisinier du château, et y a développé un talent culinaire dont elle a fait profiter famille et amis pendant de très nombreuses années. Tous se plaisaient à lui dire que ses préparations étaient dignes d’un grand restaurant, ce qui n’était pas faux.
C’est au château de Ray qu’elle rencontra Mijo MIKULCIC. Ils se marièrent en 1949. Trois enfants sont nés de leur union : Michelle, Georges et Francine.
Homme de confiance de la comtesse Gabrielle de Salverte, Mijo avait en charge la gestion de la ferme du château et la responsabilité de l’entretien du parc. Denise l’épaulait dans les activités de la ferme et surtout aux fourneaux pour rassasier les grandes tablées des jours de moissons ou de retour de chasse.
En 1980, à la retraite ils s’installèrent dans la maison familiale de Vanne où elle a vécu jusqu’à maintenant, soit pendant près de 40 années, en grande partie seule après le décès de Mijo en 1984.
Discrète, gentille et bienveillante, Denise avait la passion du jardin et des fleurs, qu’elle entretenait avec art. La compagnie de ses chats était la source de sa sérénité.
Ses longues années de retraite lui ont permis de profiter avec bonheur de ses six petits enfants, au fil des vacances d’été qu’ils venaient passer à Vanne, et des séjours qu’elle faisait en hiver auprès d’eux, chez ses enfants. Elle avait eu la joie de devenir arrière grand mère, de Lexie en 2017 et d’Ernest en 2019, et de renouveler ainsi le plaisir de voir s’agiter autour d’elle des tout petits lors des réunions de famille.
Elle s’est éteinte chez elle à Vanne, dans son sommeil, à l’aube du 13 janvier 2020 (et de ses 93 ans) entourée des siens et heureuse d’avoir appris deux jours plus tôt la naissance d’Elena sa dernière arrière petite fille.
Nous présentons nos sincères condoléance à toute la famille et notamment à sa fille Michèle qui réside au village.